Du temps de cerveau humain disponible

(Hommage à Patrick Le Lay)

Installation Internet pour chaîne de télévision
et comédien assisté par ordinateur


Concept et développement : Christophe Bruno - Interprété par Jérôme Piques

Création mondiale le 2 Octobre 2004 à la Nuit Blanche de Paris
Mairie du IVème Arrondissement
Dans le cadre de l'exposition organisée par Metazone

En savoir plus sur le projet Human Browser


« Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste : à la base, le métier de TF1, c'est d'aider Coca-Cola, par exemple, à vendre son produit (...). Or pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont pour vocation de le rendre disponible : c'est-à-dire de le divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible (...).

Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité. C'est là que se trouve le changement permanent. Il faut chercher en permanence les programmes qui marchent, suivre les modes, surfer sur les tendances, dans un contexte où l'information s'accélère, se multiplie et se banalise ».


Patrick Le Lay, PDG de TF1, juillet 2004


Extraits video de la performance : (Quicktime, 6 Mo)


La première de la performance "Du temps de cerveau humain disponible" a eu lieu le 2 octobre 2004 lors de la troisième Nuit Blanche de Paris, à la Mairie du IVème arrondissement qui a accueilli plus de 11 000 personnes. Dix représentations ont été données cette nuit, chacune durant entre dix et quinze minutes.

Le principe de l'installation est le suivant :

1) un comédien (ici Jérôme Piques) est allongé sur un divan de psychanalyste, dos à une télévision qui diffuse une chaîne en direct (LCI pour l'occasion).

2) derrière le divan, une personne tape des mots-clés, en fonction de ce que diffuse la télévision. Ces mots-clés sont envoyés sur un serveur (ici l'ordinateur portable au pied du divan). Un programme sur ce serveur permet grâce à un moteur de recherche comme Google, d'extraire depuis le Web en temps-réel le flot textuel relatif aux mots-clés saisis (voir sur ce principe ma pièce "epiphanies").

3) Le texte est ensuite lu par un moteur de synthèse vocale et envoyé dans le casque du comédien qui le déclame au fur et à mesure qu'il l'entend.

4) le résultat est une performance à deux voix : celle de la télévision, organe fournisseur de spectacle, et celle du Web (ou de Google si vous préférez), dont la liberté factice masque l'aboutissement de la société de contrôle (voir par exemple mon texte sur fluctuat.net au sujet de la Taylorisation du discours).


Remerciements : à toute l'équipe de Metazone et en particulier Macha Mieg, Daniel Duclos, Barthélémy Brossel, Défendin Détard, Arnaud Boland, Harry Jean, Jean Quintard, Claude Plard...